≡ Menu

Comme la plupart d’entre nous, vous avez à faire face aux objections des gens qui vous entourent. À la base de toute communication, il est important de bien comprendre ce qui est exprimé par votre client, et toute autre personne avec qui vous êtes appelé à négocier.

Dans cet article, nous traiterons aujourd’hui de deux objections très souvent soulevées :

  • Le prix
  • Le temps

Le prix, le timing, la relation (ou la non-relation), l’offre qui ne répond pas aux besoins et aux attentes. Il existe plusieurs stratégies afin de répondre adéquatement aux objections.

Nous vous proposons un processus tout à fait logique et simple : écoutez, questionnez, réfléchissez et validez si vous avez répondu à l’objection de votre client.

C’est trop cher!

Encore et toujours le prix ! Inévitablement, le prix sera souvent mis en cause. Connaissez-vous les besoins et les attentes de vos clients ? Êtes-vous en mesure de lui expliquer comment votre produit ou votre service répond à ces besoins et attentes ? La perception du client est LA réalité. Tant et aussi longtemps que vous n’aurez démontré que votre offre répond à ce que le client souhaite, il vous dira : C’est trop cher.

Je vais y penser

L’expression par excellence pour se débarrasser d’un vendeur?

Il arrive parfois que la personne souhaite vraiment réfléchir à votre proposition. Il a besoin d’évaluer les options qui s’offrent à lui, d’assimiler l’information que vous lui avez transmise et de s’assurer de prendre une décision éclairée.

Vous pouvez : faire une pose, NE RIEN DIRE et laisser le temps faire son œuvre. La plupart des gens ressentent un malaise avec le silence, ils se sentent obligés de meubler le vide et de parler. C’est à ce moment que le client s’ouvrira et vous partagera « l’objection cachée ». Il évalue peut-être une offre de la concurrence, il doit consulter une autre personne avant de prendre une décision finale.

Vous pouvez : exprimez votre compréhension et votre respect à l’égard de son désir de réfléchir à votre proposition. Après lui avoir confirmé votre compréhension de se besoin, proposez une prochaine étape, par exemple : Je propose de communiquer avec vous la semaine prochaine afin de déterminer la prochaine étape. Que diriez-vous de mardi 9 h? Si le client accepte cette invitation, vous saurez que son objection « je vais y penser » est légitime. Évidemment, si la date ou l’heure ne conviennent pas, proposez-en une !

Qu’en pensez-vous ? D’accord ou pas d’accord, nous aimerions vous entendre. Merci de nous écrire, nous nous empresserons de publier vos commentaires.